Règles en vigueur

Bonjour,

Suite aux discussions se faisant à travers internet par rapport aux règles et options en vigueur au club, nous publions la liste de règles en vigueur à Montréal, datant de sa dernière mise à jour de janvier 2014.

Résumé des règles pour joueurs avancés, tels que communément comprises par la communauté de riichi planétaire :

  • Style ari-ari (kuitan et atozuké), sans oka ni uma. 25 000 points au départ, doit finir avec 30 000 points ou plus.
  • Un score négatif met fin à la partie. La prolongation existe et prend fin dès que quelqu’un franchit 30 000 points avec une main gagnée seulement (c.-à-d.: pas de victoire finale par main nulle ou chombo).
  • Les égalités existent. Les dépôts de riichi non gagnés sont donnés au(x) gagnant(s).
  • Tous les doras standards sont en jeu. La révélation tardive est de vigueur sauf pour les kans cachés. Une victoire rinshan compte les nouveaux doras, une victoire chankan ne compte jamais comme ayant formé le kan en question.
  • La répète suit les règles nanba-renchan : il faut être tempai lors du tour est, il faut être délogé au tour sud. {À DISCUTER}
  • La répète est augmentée de 300 points par main supplémentaire ou transférée : 100 par joueur en cas de tsumo.
  • Nous comptons paarenchan comme étant la main gagnante suivant la mise de 8 compteurs, que ce soit des répètes (renchan) ou des transferts (changement d’oya au tour est {+1}, perte d’oya suite à un chombo {+0}).
  • Les mains avortées sont tous acceptés, tout en précisant que neuf terminales implique neuf terminales distinctes.
  • Le double ron est compté, le triple est refusé. Un double ron permet de voir la main du dernier joueur afin de constater la possibilité de triple ron. {À DISCUTER}
  • Le furiten temporaire se lève à l’achèvement du prochain tour joué par le joueur affecté (pioche et écart / appel et écart). Un furiten dans ses propres écarts persiste jusqu’au changement d’attente, un furiten en riichi est permanent.
  • Les appels prioritaires doivent être promptement faits (0,5 seconde). Un appel à la victore ron a trois secondes à partir de l’écart pour saisir la priorité.
  • Ippatsu, le double riichi et le riichi ouvert sont tous acceptés au club. Le riichi ouvert est interdit en compétition.
  • Nagashi mangan (la pile fantastique) compte. Aucune réquisition ni pour ni contre ni kan caché ne peut être effectué par ou chez le joueur concerné.
  • Haitei tsumo et houtei ron comptent. Nous refusons “haitei rinshan” pour 2 yakus distincts (donc 2 han), le terme étant une contradiction. Bref, seul le yaku rinshan peut être compté pour 1 han, la tuile elle-même ne pouvant jamais être haitei.
  • La liste des yakumans tolérés : Tenhou/chiihou (départs miraculeux), kokushi musou (incluant la dérogation du kan caché), ryuuiisou (la main verte, avec ou sans dragon), paarenchan, daisharin (22 à 88 dans la même couleur, les trois couleurs acceptées), kazoé yakuman (yakuman compté 13 han+ comme dernier recours, non cumulable), ainsi que les non controversés daisangen, daisuushi, shousuushii, tsuuiisou, chinroutou, chuuren poutou, suuankou, suukantsu.
  • Les yakuman doubles sont comptés comme tels, et sont cumulables.
  • La responsabilité (pao) est de rigeur maximale. Daisangen, daisuushii, suukantsu ainsi que de jeter une tuile vivante pour la formation d’un kan complété (daiminkan) donnant victoire. Toute somme ajoutée par répète est aussi à sa solde. Pour les yakumans, une victoire par ron coûte la moitié et par tsumo coûte l’ensemble de la valeur de la main.
  • Les minipoints à spécifier sont de 4 fu pour une paire du double vent dominant et de 0 fu pour la tuile de remplacement.
  • Le faux ron est une faute grave, pénalisée comme chombo. {voir note 1}.
  • Faire tomber six tuiles ou plus du mur est une faute grave. Le mur mort n’a aucune valeur ajoutée comme sanction.
  • Le chombo est considéré comme payant un mangan inversé. Une pénalité supplémentaire est levée contre tout joueur ayant commis une faute grave si un autre joueur possède une forme tempaï pouvant valoir yakuman, même si les tuiles nécessaires sont déjà mortes. L’oya ayant commis un chombo perd sa donne et les vents tournent, sauf s’il y a potentiel de gagner du joueur tout en payant chombo. Dans ce cas extrême, il faut rejouer une autre main sans tourner les vents.
  • Une victoire peut annuler un paiement chombo. Deux chombos simultanés impliqueront deux paiements, si la faute d’un ne dépend pas du deuxième.
  • Les fautes mineures sont sanctionnées de 1000 points. La seule faute intermédiaire donnant la main morte est lors de la pioche ou le dévoilement d’une main adverse. Un riichi noten ou un kan interdit supplantent le paiement de la main nulle ou de la main présumée, remplacé par le paiement du chombo.
  • Renhou et la main disjointe (shiisanputa) valent mangan seulement.

Notes :
1. Nous souscrivons à la théorie des “actes plus forts que la parole”, parce que certains éprouvent de la misère à articuler des consonnes. Une main tombante sans appel est acceptée mais n’est pas révocable en aucun cas. Ceci étant dit, les “ron” à la blague sont également sanctionnables de chombo. Une réquisition simple peut être augmentée en victoire ron tant que la réquisition n’est pas dévoilée, tant que c’est dans un délai raisonnable.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *